Udaipur Pichola Chand Pole Lake

Udaipur: la Venise de l'Est

Udaipur, dans le Rajasthan, est notre première étape en Inde du Nord, après avoir passé près de 2 mois et demi en Inde du Sud. On a fait un « petit » saut de puce depuis Aurangabad pour venir jusque-là. Enfin, pas tout à fait… On vous l’a dit: on n’a pas pris une seule fois l’avion en Inde! Du coup, on a fait 15h de bus de nuit pour arriver à Ahmedabad, où l’on a fait une petite escale d’une journée et d’une nuit. Et où l’on a fait que dormir et manger. Puis d’Ahmedabad, encore environ 7h de bus pour arriver (enfin!) à Udaipur. Ce trajet-là était plutôt sympa: on a bien rigolé avec les Indiens qui étaient assez surpris de nous voir là. « C’est rare de voir des touristes prendre des bus locaux sur des longues distances, pourquoi vous ne prenez pas un VIP bus? D’ailleurs je n’ai jamais vu d’étrangers dans ce bus », nous a demandé un contrôleur, curieux.

Oui c’est pas faux, on pourrait, mais comme on a compris le système des bus locaux du coup on trouve ça plus simple que de réserver des bus privés en avance, et on en trouve partout, et tout le temps, des bus locaux. Et puis on peut discuter avec les gens, ou jouer à cache-cache entre les sièges comme l’a fait Stéphanie avec une petite fille, et plaisanter avec les petits restaurateurs des bords de route qui vous défient d’avaler un piment. (On ne savait pas encore que les routes du Rajasthan étaient les pires qu’on ait vues en Inde!).

Mais concentrons-nous sur Udaipur: on vous le dit tout de suite, on a vraiment beaucoup aimé, même si c’est indéniablement très touristique. En même temps, comme le dit souvent Manu: « si c’est touristique, c’est bien qu’il y a une raison. »

La Venise de l’Est
Le City Palace
Le reste de la ville
Eklingji et Nagda
Kumbhalgarh et Ranakpur
Où manger et dormir à Udaipur?
Achats

La Venise de l’Est

Les Indiens appellent souvent Udaipur la « Venise de l’Est ». Alors, soyons honnêtes, c’est sûrement qu’ils n’ont jamais vu Venise 🙂 Ben oui, il n’y a pas de canaux à Udaipur, et l’architecture n’a pas grand chose à voir. La ville doit ce surnom au fait qu’elle est construite autour d’un système de cinq lacs qui ont été aménagés voire entièrement créés par l’homme. D’ailleurs, on l’appelle aussi la « ville des lacs », surnom un peu plus approprié. Bon, c’est loin de ressembler à Venise, mais c’est quand même très joli. En effet, outre les lacs, la ville regorge de vieilles havelis, ces grandes maisons des indiens les plus fortunés, ainsi que de quelques véritables palais.

Autre petit détail qui a contribué à la renommée de la ville, celle-ci a servi de décor pour une grande partie du film Octopussy de la saga James Bond. Résultat, la plupart des restos de la ville diffuse le film pour les touristes tous les soirs à heure fixe, voire plusieurs fois par jour! On en a profité un soir, ça a son petit côté sympa, tout de même. Petite anecdote, Manu a été très fan de 007 dans sa jeunesse, et les a donc tous vus, mais Roger Moore, la star de celui-ci, est très loin d’être son préféré 🙂

Le centre historique, et donc touristique, de la ville est très petit, concentrant la grande majorité des guesthouses et les quelques monuments à visiter. Vous pouvez aisément tout faire à pied, et si vous êtes pressés, deux jours peuvent suffire pour faire l’essentiel. Cependant, ce serait dommage de s’arrêter à ça 🙂

Le City Palace

Il s’agit du monument le plus connu et le plus visité d’Udaipur. C’était le palais du roi des Mewar, dont Udaipur était la capitale. Ce palais monumental, le plus grand du Rajasthan, a été construit par étapes depuis le XVIème siècle, et domine le Lac Pichola d’un côté et la ville d’Udaipur de l’autre. La visite coûte 250 roupies par personne, à laquelle il faut rajouter 250 roupies pour un appareil photo/vidéo. Le palais est très grand: vous pouvez compter quasiment une demi-journée pour tout visiter.

On ne va pas vous ennuyer avec tous les détails du palais, on vous laisse lire votre guide de voyage préféré si ça vous intéresse, mais on peut vous dire que:
-le palais lui-même est très beau
-il y a des vues magnifiques sur le lac et la ville d’Udaipur
-il y a des pièces absolument somptueuses à l’intérieur

Donc n’hésitez pas, foncez le visiter et prenez votre temps!

C’est aussi depuis le palais que vous pourrez accéder au ponton depuis lequel vous pouvez aller au Lake Palace (uniquement si vous y logez!) et faire un tour en bateau autour du lac Pichola. Si vous ne voulez pas prendre le bateau, mais que vous voulez quand même aller au pied du palais au bord du lac, d’où vous aurez une jolie vue sur le lac et le Lake Palace, il vous faudra payer un supplément de 30 roupies par personne.

Mais au fait, c’est quoi le Lake Palace? C’est, comme vous pouvez vous en douter, un palais sur le lac! A l’origine, il avait été construit pour servir de palais d’été. Aujourd’hui, c’est un hôtel 5 étoiles de la chaîne Taj Hotels. N’ayant pas fait de tour en bateau, on ne l’a vu que depuis la rive, mais c’est très joli, particulièrement à la tombée de la nuit lorsqu’il est éclairé. Sinon, pour avoir une petite idée du bâtiment, il vous suffit de regarder le James Bond dont on parle plus haut: quelques scènes sont tournées à l’intérieur.

Après votre visite au palais, vous pouvez visiter le Jagdish Temple. Ce temple hindou est au début de la rue qui mène au palais. Il s’agit de la deuxième attraction phare de la ville, mais honnêtement, on ne lui a trouvé rien de très exceptionnel. En même temps, il n’est pas si grand, et l’entrée est gratuite, donc autant y passer en coup de vent. A savoir: ayez le coeur bien accroché, car vous verrez les mendiants de la ville et des environs venir chercher une portion de riz. Si vous souhaitez participer à cette charité, vous pouvez faire un don: demandez bien un reçu correspondant à votre don pour vous assurer qu’il reviendra aux populations nécessiteuses.

Le reste de la ville

Une fois sorti du quartier vraiment touristique, le reste de la ville est plus typiquement indien, à ce détail près que la ville est construite sur une colline, et est donc constituée de petites ruelles pentues assez charmantes. N’hésitez pas à vous perdre un peu dans ces ruelles (en faisant attention où vous allez quand même hein!). N’oubliez pas de passer par le ghat à côté du Bagore Ki Haveli Museum. Celui-ci est particulièrement intéressant le matin, lorsque les lavandières y œuvrent, et vous le reconnaîtrez aisément puisque on y accède par une énorme porte à trois arches, elle-même magnifique.

Malheureusement nous n’avons pas visité le Bagore Ki Haveli, mais il semble que cela vaille le détour. A noter, le soir il y a dans la haveli un spectacle (payant) de marionnettes qui a bonne réputation lui aussi.

A voir aussi, la petite île de Chand Pole, que vous pouvez facilement rejoindre par un petit pont piéton. Sur cette petite île, il y a de nombreuses havelis, pour beaucoup transformées en hôtels ou guesthouses, avec des restaurants sur les rooftops. Que ce soit depuis le bord du lac ou les rooftops, vous pouvez admirer la vue sur Udaipur, particulièrement somptueuse le soir lorsque le City Palace est illuminé.

Un peu à l’extérieur de la ville, au sud, se trouve le Sunset Point Ropeway. Il s’agit d’un petit télécabine qui monte sur une colline où se trouve un petit temple, et surtout d’où vous aurez une vue absolument somptueuse du coucher de soleil sur la ville d’Udaipur, le City Palace, le Lake Palace et bien sûr le Lac Pichola. Vous pouvez aussi monter à pied, mais pour rappel, Manu a une obsession un peu bizarre pour les télécabines en milieu urbain, donc on était obligés de l’emprunter. Si vous faites de même, ça vous en coûtera 100 roupies par personne pour le télécabine aller-retour, plus 200 roupies l’aller-retour en tuktuk depuis le centre.

Dans le même genre, il y a aussi le Monsoon Palace, encore plus excentré, tout en haut d’une montagne. Nous ne l’avons pas visité, ayant vu pas mal de retours de gens déçus. Le palais semble être totalement décrépit et sans intérêt, et l’entrée coûte 300 roupies par personne, essentiellement pour profiter de la vue sur Udaipur au loin. A vous de voir.

Le Routard recommande une balade à vélo autour du lac Fateh-Sagar. Comme on avait un scooter, on l’a fait en version motorisé, mais même sans faire d’effort on a été un peu déçus. Ça vaut la peine de se balader un peu vers ce petit lac, mais le tour complet nous semble honnêtement un peu inutile.

Eklingji et Nagda

Ici, nous ne sommes plus à Udaipur, mais à une vingtaine de kilomètres de la ville. Nous avions loué un scooter (plus de détails sur le sujet plus bas), mais si la conduite en Inde vous effraie, vous pouvez bien sûr le faire avec un chauffeur. L’excursion peut se faire sur une demi-journée, si vous le faites avec un chauffeur, comptez 1 000-1 500 roupies (quand on bon scoot vous en coûtera 600 roupies la journée). Si vous y allez en scooter, sachez que ça se fait assez bien. Une fois sorti du tumulte d’Udaipur, vous arriverez vite sur une sorte d’autoroute à plusieurs voies qui n’était pas trop encombrée lorsque nous y sommes allés, puis une route plus petite mais peu fréquentée.

Eklingji est un ensemble de petits temples hindous, 108 au total, regroupés sur une petite surface cernée de hauts murs. Nous n’avons vu aucun autre temple en Inde avec une telle configuration. L’entrée du temple est gratuite, les photos sont interdites et il vous faudra enlever vos chaussures et laisser vos sacs dans des casiers à l’entrée (un gentil gardien les surveille). La visite est rapide, mais elle vaut tout de même le détour. Attention cependant, le temple a des horaires de visite très particuliers, donc vérifier bien avant d’y aller, car c’est fermé une bonne partie de l’après-midi.

Sur le chemin du retour, en prenant à droite au niveau d’un petit lac, puis en prenant à gauche juste après le lac, vous arriverez aux temples de Nagda ou Sas-Bahu temples. Vous pouvez aussi y arriver plus rapidement en tournant à droite après le lac, mais la route qui fait le tour est sympathique! Nous on l’a empruntée parce qu’on s’était un peu perdus, mais c’était chouette 🙂 De souvenir, nous avons payé 30 roupies l’entrée par personne. Le site consiste en deux petits temples en bordure du lac, datant du VIIIè siècle. Le cadre est sympa et les temples eux-mêmes sont bien préservés et plutôt jolis.

Kumbhalgarh et Ranakpur

Avant de vous raconter les lieux eux-mêmes, il faut vous raconter un peu le périple pour y arriver 🙂 Les deux sites se trouvent à environ 90 km au nord d’Udaipur, dans les montagnes, et il y a environ 35 km de routes de montagne entre les deux. La plupart des gens y vont en voiture avec chauffeur pour la journée, ce qui coûte entre 2 000 et 2 500 roupies. Dans un élan d’égo masculin et de volonté de faire de la route de montagne, Manu a un peu (ndlr de Stéphanie: beaucoup) insisté pour y aller en scooter. Pour louer un scooter, nous avons trouvé une boutique dans le quartier touristique, dans la rue qui descend du Jagdish temple vers Chand Pole, les scooters sont neufs et en bon état et coûtent 600 roupies la journée (si vous voulez y aller, ne dites surtout pas que vous comptez faire autant de route).

Plusieurs fois, Stéphanie, avec son tact et sa diplomatie légendaires, a demandé à Manu: « T’es sûr que c’est pas trop loin? T’es sûr que tu veux pas prendre un chauffeur? » Manu a fait des calculs savants pour montrer que ce serait plié en 5-6h de conduite max, laissant amplement le temps de visiter les deux lieux. Bon, comme souvent, Manu avait tort et aurait du écouter les subtiles conseils de sa chérie. Mais l’essentiel, c’est qu’on a survécu, et que ça fait une histoire marrante à raconter 🙂

On est donc partis tôt le matin, vers 7h30 pour attaquer notre périple. Heureusement, Manu avait acheté la veille des gants de moto en prévision de l’excursion. Eh oui, on était au Rajasthan en janvier, et il faisait friscouille! Une fois sorti d’Udaipur, avec un gros tronçon d’autoroute (la même que pour Eklingji et Nagda, mais en continuant plus loin), Manu bombarde un peu pour gagner du temps. Mais le froid et le vent sont glacials. Tellement qu’au bout d’une petite heure, on a du s’arrêter au bord de la route pour prendre un peu de chai, histoire que Manu réchauffe ses doigts tellement méchamment engourdis qu’il a eu besoin d’aide pour enlever ses gants… Après cette petite pause, nous avons repris notre route, en passant par une jolie route de montagne, vers notre première étape de la journée, le fort de Kumbhalgarh.

Il s’agit (encore! Décidément, on les enchaîne) une fois d’un site classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Surtout, c’est le deuxième plus grand fort du Rajasthan, et son emplacement est magnifique. En effet, il est perché sur les montagnes, au milieu de la nature, avec une vue panoramique sur toute la région. Entre temps, on se rend compte qu’il commence à se faire tard, et qu’on ne sera jamais à midi à Ranakpur (on vous explique l’importance du midi dans quelques paragraphes). Donc, Stéphanie a commencé à faire du boudin, en mode pas contente du tout, préférant rester en bas à attendre Manu au pied du fort, pendant que celui-ci allait le visiter au pas de course. Eh oui, elle lui avait donné 30min montre en main pour monter et redescendre la retrouver. Manu, lui y a été en courant pour visiter les différents recoins du fort et admirer les magnifiques paysages de montagne panoramiques depuis ce fort accroché sur les hauteurs du Rajasthan.

En redescendant, Manu a droit à quelques piques bien méritées, sur le thème:
-Je te l’avais dit que c’était trop juste
-Ah bon? Tu m’avais dit ça? (mauvaise foi)
-Ben oui, j’ai pas arrêté de te demander si ça allait pas être trop long
-Ah… Mais je pensais que ça le ferait, pourquoi tu me l’as pas juste dit clairement… Et puis elle est quand même sympa la route non? (mauvaise foi)
-Oui, mais on a raté le déjeuner à Ranakpur, c’était un des trucs que je voulais absolument faire en Inde! Et puis de toute façon, t’en fais qu’à ta tête…

Bref, une classique engueulade de couple 🙂 Malgré tout, on repart pour aller rejoindre Ranakpur. En chemin, sur une magnifique route de montagne, on tombe sur un de ces célèbres norias. Les norias, ce sont des puits typiques de la région. Ce sont de petits puits, avec un système pour remonter l’eau par une sorte de moulin, connecté à une roue horizontale que des vaches font tourner. Le monsieur qui dirigeait les vaches était hyper sympa et a même proposé à Stéphanie de monter sur l’engin! Heureusement qu’il était là, ça a remonté un peu le moral de Stéphanie et réduit un peu sa colère envers son homme 🙂 Après ce petit arrêt, les choses se sont à nouveau corsées, avec un petit passage de route comme seule l’Inde sait les faire (cf la vidéo ci-dessous).

Après toutes ces aventures et cette belle route, on arrivait enfin à Ranakpur. Ranakpur, c’est le lieu du temple d’Adinath, le plus grand temple jaïn de toute l’Inde! Le temple a été construit en 50 ans pendant la première moitié du XVIè siècle par un riche marchand jaïn. Pour la petite histoire, le jaïnisme est une très ancienne religion, remontant à bien avant le christianisme, et même le bouddhisme. Celle-ci prône entre autres la non-violence absolue. Ainsi, les jaïns les plus fervents balaient devant eux en marchant, pour éviter d’écraser les insectes sur leur passage. De même les jaïns ont un régime végétarien très strict, et certains refusent même de manger les légumes-racines, puisque leur cueillette tue des insectes dans la terre. Certains atteignent le but ultime et se détachent de tout, et marchent continuellement, dénués de vêtements.

Pour revenir au temple, c’est un imposant monument entièrement en marbre, mais d’un raffinement exquis dans ses détails. L’entrée coûte 200 roupies par personne, plus 100 roupies pour un appareil photo. Il y a ausi une consigne, qui coûte 10 roupies pour y déposer vos sacs remplis de choses interdites, notamment: tout ce qui est en cuir, vos cigarettes, tout aliment et toute boisson (y compris l’eau). L’entrée comprend aussi un bon audioguide qui vous permettra de mieux comprendre la religion jaïn elle-même ainsi que la signification des différents éléments du temple. A noter: le temple ouvre pour les visiteurs non-jaïns à 12h, et vous pouvez partager le déjeuner avec les jaïns pour quelques roupies. C’est pour cela que Stéphanie était aussi furieuse que l’on arrive tard au temple, elle avait très envie de partager ce moment et était légitimement énervée que l’hubris de son homme l’en empêche…

Après toutes ces émotions, il était temps de rentrer à toute berzingue pour arriver avant la tombée de la nuit. En chemin, nous nous sommes quand même arrêtés à un petit resto en bord de route pour manger un ou deux samosas, car avec tout ça, on n’avait pas vraiment déjeuné. Bon, notre choix n’a pas été très judicieux, puisque c’est à priori ça qui a cloué Stéphanie au lit pendant deux jours après… Résultat, on a du décaler d’une journée notre départ pour notre étape suivante, et Manu s’est occupé de sa chérie tant bien que mal pendant ces deux jours 🙂

Bref: on vous recommande vivement de faire cette magnifique escapade Kumbhalgarh-Ranakpur sur 2 jours: vous avez la possibilité de dormir sur les deux sites, mais de ce qu’on en a vu, on vous recommanderait de dormir à Ranakpur. Et ce qu’on ne vous a pas dit, c’est que non seulement la route est magnifique, mais vous traversez des tas de villages traditionnels: prendre le temps vous permettra de vous arrêter et d’aller à la rencontre des hommes aux grandes moustaches et aux turbans colorés, des femmes à l’anneau gigantesque percé dans le nez et aux saris éclatants, et de jouer avec les enfants curieux et rieurs. Comme on était pressés par le temps, on a juste entraperçu tout cela… c’est un grand regret.

Où manger et dormir à Udaipur?

Udaipur étant très prisée par les touristes indiens et étrangers (à raison!), la ville ne manque pas de choix de guesthouses et de restaurants. Notre choix pour dormir s’est arrêté sur une petite guesthouse, recommandée par Andrée et Sylvain que nous avions rencontrés à Aurangabad, la Lake Face Guesthouse (mail: nsukhwal1978@gmail.com / tel: 9414264202 ). La guest est à 5 minutes à pied du Jagdish Temple et du City Palace, mais tout de même un peu à l’écart de la frénésie des rues pleines de guesthouses, boutiques et restaurants, en bordure du lac Pichola. Notre chambre était spacieuse, avec wifi correct, TV satellite, et, heureusement, de bonnes couvertures parce qu’on se les caillait bien au Rajasthan en janvier 🙂 Le patron, qui accueillait aussi sa sœur et ses deux bébés jumeaux, est extrêmement sympathique et accommodant, apportant à Stéphanie du riz blanc et des bananes pour l’aider à se remettre de sa petite intoxication, et venant régulièrement aux nouvelles pour vérifier qu’il ne fallait pas l’emmener à l’hôpital. Une crème quoi. Le tout pour 1 200 roupies la nuit. On vous recommande donc chaudement l’endroit!

Pour ce qui est de manger, comme on disait plus haut, le choix ne manque pas, mais comme toujours dans ces cas-là, il faut séparer le bon grain de l’ivraie! Malheureusement, on n’a pas trouvé ces cantines typiquement indiennes où on s’en met plein la panse pour presque rien. Ca ne veut pas dire qu’on n’a pas bien mangé pour autant, juste qu’on a payé un peu plus cher qu’ailleurs.

Pour commencer, on peut citer le Natural View Restaurant. Il s’agit d’un restaurant plutôt chic, au pied du City Palace, avec une terrasse magnifique avec vue sur le lac Pichola et le Lake Palace. C’est un endroit parfait pour profiter du coucher de soleil tout en se régalant. C’est donc un peu cher, mais le cadre, la nourriture et le service valent la peine pour au moins un dîner. Pour info, leur petit-dèj est pas mal aussi. Un seul bémol, évitez leurs pizzas, qui n’en sont pas vraiment, et surtout qui ne sont pas très bonnes, le reste de ce que l’on a goûté était parfait!

D’ailleurs pour le petit-déjeuner, notre cantine était le Grasswood Café, qui sert du bon café, du bon chai, de bonnes omelettes et un très bon porridge. En plus le patron était très sympa et avenant.

Puis on peut recommander le O’Zen, à côté du City Palace, avec de la bonne nourriture européenne et indienne. C’est aussi un des nombreux restaurants à diffuser Octopussy tous les soirs, donc on en a profité un soir pour faire un combo dîner-film 🙂

Sur l’île de Chand Pole, nous avons testé le Dream Heaven, tenu par une franco-indienne. On y a très bien mangé, avec une très jolie vue sur le lac depuis son rooftop.

Et pour finir, un gros coup de gueule et une adresse à éviter absolument: le Chirag Roof Top Restaurant. Manu y est allé quand Stéphanie était encore à l’article de la mort au fond du lit. Stéphanie a réclamé une pizza (oui, quand Stéphanie est malade, il lui prend en général des envies de pizza, d’où aussi l’échec en la matière au Natural View). Il commande donc une pizza pour sa chérie et un plat indien avec des naans pour lui, en demandant que ce soit en « parcel », c’est à dire à emporter, en expliquant que sa chérie est clouée au lit. Ca commence plutôt bien, puisque le serveur n’y voit aucun inconvénient, est plutôt sympathique, demandant si ça va, ce qu’elle a tout ça. Mais ça se gâte par la suite.

D’abord, Manu se retrouve à attendre plus d’une heure pour être servi. Il a du réclamer au bout d’un moment, et s’est alors rendu compte qu’ils avaient juste oublié la commande. Bien sûr, le patron nie qu’ils avaient oublié, dit que ça prend du temps à cuire, que ça va arriver, et s’étonne limite que Manu s’impatiente. Bref, la nourriture finit par arriver, il se dépêche de rentrer ramener tout ça à la guest, et là, la déception continue. La pizza est une pizza surgelée réchauffée au micro-ondes. En plus, elle est sous-cuite et, alors que Manu a demandé sans épices, ben comme c’est du surgelé, elle est beaucoup trop épicée… Pour ce qui est du plat de Manu, les naans étaient aussi de l’industriel réchauffé au micro-onde et son curry (de souvenir un paneer tikka masala) était plutôt fade… Voili-voilou, service lent, désagréable et nourriture médiocre = à éviter comme la peste!

Achats

Là aussi, vous ne saurez plus où donner de la tête! Qui dit ville touristique, dit boutiques à gogo, et on vous hélera à chaque coin de rue.
Après, nous devons bien reconnaître qu’en matière de beaux objets et d’artisanat en tout genre, il y a ce qu’il faut à Udaipur! On trouve des petites sculptures en bois, des étoles, de la soie, des gravures (typique d’Udaipur) et on en passe. Allez faire un tour dans les quartiers de la Clock Tower: vous pourrez négocier et vous trouverez tout ce dont vous rêvez! Ce quartier est moins touristique, et les boutiques sont très fréquentées par les indiens. Avant d’acheter, demandez les prix un peu partout, comme toujours. Toutefois, si vous allez à Mysore ou Varanasi: préférez acheter de la soie là-bas plutôt qu’à Udaipur.
En revanche, pour un sari typiquement rajasthani, vous êtes au bon endroit! C’est notamment là où Stéphanie a acheté le sien, et s’est faite chouchouter par la vendeuse de la boutique. Un super moment.

Une fois Stéphanie remise de sa petite intoxication, nous voici repartis sur la route, pour une de nos destinations préférées de tout le voyage et que l’on vous recommande chaudement, la petite ville calme de Bundi, à mi-chemin entre Udaipur et Jaipur.

Pour en savoir plus sur l’Inde du Sud, consultez notre dossier!
Et pour l’Inde en général, y compris nos super conseils pratiques dans le pays, ça se passe ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *