dance mysore

Mysore: la ville des palais (et des arnaques)

Après notre bref passage dans les montagnes des Nilgiris à Ooty, et un trajet mémorable en bus à travers des réserves naturelles, nous voici arrivés dans l’état du Karnataka pour visiter Mysore, la ville des palais!

I) Le palais de Mysore

II) Se balader dans Mysore
Le marché de Mysore
Flâner dans Mysore
Achats à Mysore

III) Chamundi Hill

IV) Nos instants arnaque à Mysore

V) Où dormir et manger à Mysore

Le palais de Mysore

Le monument le plus connu de Mysore est, à juste titre, le Mysore Palace. Ce palais, datant du début du XXème siècle, est le dernier des maharajahs Wodeyar, une dynastie qui a régné sans discontinuer sur la région de 1399 à 1950. Dans un style indo-saracénique (architecture de la période coloniale mélangeant les influences gothiques européennes, hindoues, rajput et islamiques), le palais pourrait être la définition du faste et de l’opulence.

En plein milieu de la ville, cet imposant monument et son grand parc trônent fièrement. Chaque pièce du palais regorge de trésors et de détails, virant tout de même souvent vers le kitsch. Malgré tout, on est émerveillés par ce soin apporté à décorer chaque recoin en matériaux plus chers les uns que les autres, certaines œuvres étant vraiment magnifiques.

Pour visiter le palais, vous entrez forcément par la porte Sud. Attention, les appareils photos sont interdits dans le palais lui-même, mais sont autorisés dans le grand jardin: une consigne gratuite est disponible à l’entrée, à droite de la grande porte. L’entrée coûte 200 roupies par personne, incluant un bon audioguide. Comptez 1h30-2h de visite. Le parcours est balisé et il y a à peu près systématiquement foule, vous êtes prévenus!

Après avoir visité le palais, vous pouvez vous balader dans l’immense jardin du palais. C’est au nord de celui-ci que nous avons croisé des éléphants du palais qui rentraient dans leur étable en fin de journée (bon les pauvres bêtes sont domestiquées et maltraitées, ce qui est beaucoup moins drôle). Si vous les croisez, refusez les propositions de payer pour les monter bien sûr.

Attention aussi aux chauffeurs de tuktuk (cf plus bas) qui vous diront que le palais est fermé, vous proposant une petite excursion en attendant qu’il rouvre 🙂

Si vous pouvez, allez voir le palais un Dimanche soir ou un soir de fête nationale, il est éclairé par près de 100 000 ampoules, illuminant ses moindres recoins! Nous on a raté ça, faute d’y être un Dimanche 🙁

Entre septembre et octobre la ville célèbre le festival de Dussehra pendant 10 jours, l’occasion de nombreuses processions fastueuses, éléphants endimanchés compris!

Se balader dans Mysore
Le marché de Mysore

Mysore est aussi une ville assez agréable à vivre, et belle à voir, avec plein de belles bâtisses. C’est notamment à Mysore que nous avons erré dans l’un de nos marchés préférés d’Inde. Au nord-est du palais, le marché Devaraja s’étire tout en longueur, et déborde un peu dans la rue adjacente. De magnifiques étals de fruits, légumes, encens, épices, aux odeurs qui embaument l’air ambiant. Le marché aux fleurs est tout simplement sublime. Comme toujours pour les marchés, passez-y en début et en fin de journée quand il est le plus actif.

Flâner dans Mysore

La ville est chouette et c’est une des atmosphères que nous avons préférées en Inde! La vie de Mysore se déroule essentiellement au nord du palais, ainsi que dans les quelques rues à l’ouest de celui-ci. Autour du palais se trouvent de grands ronds points cerclés de belles bâtisses coloniales, certaines étant de véritables palais. Vous pouvez vous balader vers la cathédrale de Philomène tout au Nord, et si vous arrivez depuis le sud-ouest, vous traverserez le quartier musulman de la ville. Sur la grande avenue vers le sud depuis la cathédrale, se dresse une grande et belle mosquée. Petit apparté, Mysore est une des villes où nous avons été surpris du nombre de femmes portant le voile intégral. D’après quelques discussions, il semblerait que ce soit un phénomène relativement récent en Inde…

A l’ouest du palais, vous pouvez visiter le musée du palais de Jaganmohan (120 roupies par personne, appareils photo interdits avec une consigne gratuite), qui comporte toutes sortes d’œuvres, du pittoresque au sublime, et quelques œuvres contemporaines intéressantes. Si vous ne voulez pas visiter le musée, vous pouvez aussi vous balader dans une partie du jardin et admirer l’architecture du lieu gratuitement.

Achats à Mysore

Mysore est célèbre aussi pour ses produits, surtout le bois de santal (notamment en savon ou huiles) et sa soie, la Mysore Silk.

Les huiles essentielles sont également un produit typique de Mysore, et les produits se sont beaucoup développés ces dernières années, depuis que Mysore est devenue le centre yoga d’Inde du Sud. Si vous souhaitez faire un stage de yoga, en Inde du Sud, c’est à Mysore qu’il faut vous rendre! Et si vous n’en faites pas, vous croiserez bon nombre de yogis dans les shops d’huiles essentielles justement (ils en sont très friands à ce qu’il paraît) ou en train de faire leurs positions étonnantes dans les rayons librairie des supermarchés (oui, c’est du vécu). Quoiqu’il en soit, on n’a pas trouvé de magasin digne de confiance pour les huiles essentielles, tous les shops ressemblent à des grosses arnaques… et si on n’est pas expert, dur de se faire un avis sur la qualité du produit. Et si malgré tout, vous avez envie de tenter le coup, on vous prévient, c’est à vos risques et périls! (On a péri, nous, perso!).

La ville regorge de boutiques vous vantant leurs produits. Attention donc où vous allez, et évitez d’aller dans les boutiques où vous emmènera un tuktuk ou un rabatteur (cf plus-bas, comme des bleus 🙂 ).

Pour la soie, il y a de grands magasins près de la statue de Gandhi, remplis d’Indiennes venues dévaliser la boutique, car la Mysore Silk est très réputé à travers toute l’Inde. Vous pouvez y acheter en toute confiance (enfin, attention quand même!) et à vrais prix fixes :-). On a notamment été faire du lèche-vitrine dans le grand magasin à étages près du rond-point où se situe le restaurant RRR: tous les prix sont affichés et les pièces sont belles!

Pour le bois de santal, vous pouvez visiter la Government Sandal Oil Factory, au sud de la ville (100 roupies l’aller-retour en tuktuk), il y a aussi une fabrique de soie sur la route (fermée pour le déjeuner quand on y est allés). Il y a une petite visite (gratuite) de l’usine. Nous quand on y est allés, elle n’était pas en production, donc ce n’était honnêtement pas très intéressant, d’autant que l’anglais du guide était un peu approximatif, limitant les explications sur la production de ce bois aux nombreuses vertues. Puis on vous emmènera à la boutique de l’usine où vous pourrez acheter différents savons et huiles de santal de qualité à bon prix (50-75 roupies pour un bon savon, très agréable). Et le guide en question vous demandera un pourboire, of course… Donc si vous n’avez pas l’intention d’acheter du savon de bois de santal ou de l’encens, pas la peine d’y aller.

Chamundi Hill

Au sud-est de Mysore se dresse Chamundi Hill, une grande colline surmontée d’un ensemble de temples. Le plus imposant de ces temples, Chamundeswari, est payant. Attention, il y a 3 files et donc 3 tarifs. L’entrée par la porte principale est la moins chère, puis il y en a deux autres plus chères qui vous permettent d’entrer dans le temple sans faire la queue. Regardez-donc bien combien de personnes attendent avant de décider quel prix payer. Nous, on n’a pas fait gaffe et on a payé le prix fort pour rien. Le temple lui-même est très beau et il s’y déroule une intense ferveur religieuse. Le spectacle vaut le détour!

Les autres temples, plus petits et situés derrière le premier, sont gratuits, et plutôt jolis. Par contre, c’est là que nous avons succombé pour la première et dernière fois à l’arnaque des offrandes aux dieux. Un vieux monsieur très gentil a insisté pour nous faire donner des offrandes, nous a pris en photo et nous a emmenés voir les différents petits temples. On a régulièrement essayé de lui dire qu’on y allait seuls, il continuait à insister gentiment, donc on se retrouvait un peu obligés de le suivre. On savait bien sûr qu’il allait falloir lâcher quelques roupies, et on était même prêt à lui donner jusqu’à 100 roupies, ce qui nous paraissait déjà généreux, mais il nous a forcé la main pour obtenir 200 roupies. Déjà échaudés par les arnaques de la veille (on vous raconte ça plus bas), on vous avoue que ça nous a quand même bien saoûlés!

Nos instants arnaque à Mysore

Bon on vous a déjà fait un peu de teasing depuis le début de l’article, mais c’est donc à Mysore qu’on s’est fait vraiment avoir comme des bleus, et plus d’une fois!

Pour commencer, le premier jour, étant arrivés en ville tard la veille, on va prendre le petit-déjeuner au Café Aramane (très bon au passage). On se pose en terrasse, et au cours de notre petit repas, un chauffeur de tuktuk se met à discuter avec nous. Il ne nous a pas dit tout de suite qu’il était tuktuk, hein… Au cours de la conversation, il nous place qu’il y a un petit festival juste ce jour avec des démonstrations d’artisanat, et qu’en plus le palais ne sera ouvert que l’après-midi. On est un peu méfiants, mais on se dit qu’on n’a rien à perdre. D’autant plus qu’il nous propose la course à 40 roupies. On part donc avec lui, et là premier hic, il nous dépose devant une boutique où ils fabriquent de l’encens à la main et vendent des huiles essentielles. On regarde, on se retrouve à tester les huiles, mais on résiste à la tentation d’acheter.

En repartant, on demande au tuktuk quand il compte nous amener au fameux festival. « Oui, oui, c’est bon, on a le temps. » Ensuite, il nous dépose à une boutique de soies et de bijoux, on rentre, le vendeur fait tout le speech à Stéphanie et lui montre les tissus. Voyant qu’elle n’est pas interessée plus que ça, il la dirige vers les bijoux. Là, Stéphanie est un peu plus séduite, elle flashe sur un bracelet et des boucles d’oreille… Elle commence donc à négocier ferme, et finit par accepter 2 200 roupies (environ 30 euros) pour le bracelet et les boucles, après avoir divisé le prix annoncé par 2. On ressort de la boutique en voulant aller au palais, ayant bien compris qu’il n’y avait pas de « festival », mais notre tuktuk avait disparu! Ben oui, on avait acheté dans la boutique, il a eu sa commission, donc on ne lui servait plus à rien!

N’étant pas très loin du palais, on y va à pied. Sur la route, un jeune homme nous accoste gentiment et engage la discussion. Il nous dit qu’il a un « coffee-shop » en ville, qu’il a eu une petite amie française qui s’appelle Elodie, qu’il aime donc les français… Il nous dit que puisque le palais n’ouvre que dans quelques heures, si ça nous intéresse, il peut nous accompagner vers un superbe marché, vraiment typique, sans touristes, puisqu’il va vers là pour retourner à son coffee-shop.

On tombe donc allègrement dans le panneau et on le suit. Il nous fait passer dans des petites rues très sympathiques, par le marché en question (un peu miteux, et assez vide à cette heure-là), et nous amène… dans une boutique de vente d’huiles essentielles. D’après le vendeur, il y a une maladie très dangereuse autour de Hampi (notre prochain stop après Mysore), et l’huile de lavande est très efficace contre les moustiques. On se dit que ça se tente, surtout qu’on avait entendu d’autres voyageurs qu’il y avait effectivement eu des cas graves du côté de Hampi. On a essayé quelques jours, ça semblait assez efficace, par contre on l’a vite jetée. En effet, un jour le flacon a un peu fui dans le sac à dos d’Emmanuel, et l’huile a pas mal attaqué un stylo et une batterie d’appareil photo, rongeant le plastique. Après ça, on n’avait plus trop envie de s’en mettre sur la peau!

Voilà, on s’est bien faits avoir à Mysore, mais bon, on n’a pas non plus perdu une fortune, et au moins on ne s’y est plus faits reprendre pendant tout le reste de notre périple indien! 🙂

Où dormir et manger à Mysore

Nous avons dormi au Mannar’s Residency, à 10 min à pied du marché Devaraja. C’est un hôtel milieu de gamme pour indiens, rien d’exceptionnel, mais la chambre est propre, le lit est confortable et le wifi est plutôt performant. Donc on ne recommande pas spécialement, mais si comme nous vous logez dans les hôtels les moins chers, vous pouvez faire nettement pire. On y a payé 1 050 roupies la nuit. Le resto de l’hôtel est loin d’être exceptionnel lui aussi.

Pour ce qui est des restos, on n’a pas eu une chance exceptionnelle, mais le café Aramane est plutôt bon, essayez notamment leur Mysore masala dosa.

Pour un bon thali pas cher le midi, vous pouvez tenter l’hôtel RRR. Du thali classique et bon, dans l’atmosphère typique des grandes cantines indiennes. Hyper sympa!

Si vous voulez profiter d’une bière avec votre dîner, allez au restaurant du Parklane Hotel, avec une terrasse agréable quand ce n’est pas trop bondé, et un groupe qui joue de la musique traditionnelle. Les plats sont un peu plus chers qu’ailleurs, et sont plutôt aussi plutôt meilleurs, par contre les portions sont un poil petites.

Voilà, après notre escale à Mysore et ses palais, on prenait notre tout premier train de nuit en Inde, pour une de nos destinations préférées du voyage, Hampi et ses vieux temples!

Pour en savoir plus sur l’Inde du Sud, allez voir notre rubrique!
Et pour l’Inde en général, ça se passe ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *