virupaksha hampi hemakuta

Hampi: jouer aux chasseurs de temples!

Hampi est un petit village au nord du Karnataka, entouré de près de 400 temples, ce qui lui vaut le surnom d’Angkor de l’Inde, et une inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Depuis le temps, vous savez qu’on aime bien les vieilles pierres, les randonnées, jouer aux explorateurs, tout ça… Et pour tout vous dire, Hampi est un de nos endroits préférés en Inde, voire préférés tout court: tout ce qu’on aime est réuni ici, dans des paysages somptueux et une atmosphère unique, hors du temps!

C’est une destination encore peu fréquentée, si on compare avec Angkor ou Bagan par exemple (on sait de quoi on parle: Stéphanie a visité 4 fois Angkor et a visité Bagan pendant 5 jours début 2015). Hampi s’est développée principalement avec le tourisme, mais le site reste encore préservé, et les touristes que vous croiserez sont en grande majorité des touristes indiens. Bref, Hampi gagne à être connue, et tout backpacker qui se respecte devrait passer par là!

Pour arriver à Hampi, vous pouvez prendre un bus depuis Goa, Bangalore ou Mysore, ou le train qui arrive à la gare de Hospet, petite ville à 10 km de Hampi. De là, vous pourrez prendre un tuktuk pour rejoindre Hampi (demandez à votre guest si elle propose le pick-up, comptez 200-250 roupies). Il y a aussi une navette toutes les 30 minutes, mais elle est souvent très chargée.

A noter: en arrivant à Hampi, on vous demandera d’aller vous inscrire au poste de police sur la route principale en direction du temple Achyuta-Raya et du temple Vitthala. Faites-le, c’est avant tout pour votre sécurité en tant que touriste. Et puis c’est drôle, on inscrit son nom soi-même dans un gros et vieux registre tout poussiéreux :).

Petite particularité à Hampi (en tout cas, plus qu’ailleurs en Inde): les singes pullulent! Il y en a partout, et ils se concentrent dans le village évidemment, là où ils peuvent chaparder à manger. On est quand même dans la cité d’Hanuman, le Dieu Singe: c’est un peu leur terrain de jeu! Les langurs, grands singes à poil blanc-gris et à visage noir sont pacifiques, mais les petits singes « classiques » à fesses rouges peuvent être plus agressifs et chapardeurs!

Dernier petit conseil (on joue au papa et à la maman, mais on n’est jamais trop prudents), prévoyez toujours de l’eau et buvez-en abondamment, vous allez pas mal crapahuter et le soleil tape fort! Comme il y a de quoi faire de belles randonnées, à Hampi, il y a de fortes chances que vous ne voyiez pas l’heure passer…

La meilleure option pour se déplacer à Hampi: louer un scoot

Pour visiter le site de Hampi dans son ensemble, on ne saurait que trop vous conseiller de louer un scoot. Le site est très grand, et puis c’est sympa de rouler dans les environs. C’est beau! Vous découvrirez une diversité étonnante de paysages… Vous pouvez aussi prendre des vélos, mais certains temples sont assez loin, il fait très chaud, il n’y a pas beaucoup d’ombre, et pas mal de montées, donc c’est à réserver pour un petit tour des temples plus proches et/ou pour les sportifs :-).

Si vous préférez vous faire conduire en tuktuk, comptez 600-800 roupies la journée.

Nous, on a opté pour un scoot, comme d’habitude :-). En revanche, louer un scoot n’est pas chose aisée à Hampi: il y a peu, le syndicat des rickshaws a presque réussi à interdire les locations de motos dans la ville. En décembre 2016, lors de notre passage à Hampi, il n’y avait qu’une boutique avec 10 scoots à louer par jour. Filez-y dès que vous arrivez au village pour avoir votre bécane: renseignez-vous auprès de votre guest pour trouver la boutique, elle doit souvent bouger à cause de la pression des tutuks. La location d’un scoot coûte 250 roupies la journée.

Si vous logez de l’autre côté de la rive (partie plus bruyante, jeune et festive: c’est là où les jeunes Israëliens qui ont fini leur service militaire ont établi leurs quartiers), vous trouverez plus facilement un scooter. Par contre, on ne peut traverser la rivière qu’en petit ferry, sachant qu’il ne marche plus après 18h. Après 18h, seul recours: de petites barques, sortes de grands bols flottants, en mode coquille de noix (ou de coconut), qui ont tendance à prendre l’eau (et pour y mettre un scoot, on oublie).

Pour ce qui est du scooter lui-même: côté Hampi, il s’agit en fait de petites pétrolettes sans réservoir à huile et sans batterie. Pour faire le plein, il faut rajouter un peu d’huile dans l’essence, et pour faire marcher les phares il faut accélérer à fond, puisque le moteur sert de générateur. C’est comme ça qu’Emmanuel s’est retrouvé à accélérer tout en appuyant à fond sur le frein pour pouvoir voir la route et klaxonner dans une descente de nuit! :-). On est en Inde, hein, tout est possible, et rien n’est contradictoire!

Les temples à visiter à Hampi

La ville royale et le Vitthala Temple

On vous recommande de démarrer votre visite par là: nous on l’a fait le 2e jour et si c’était à refaire, on ferait comme on vous recommande. Une seule chose: évitez de visiter la ville royale et le Vitthala Temple les week-ends, où c’est plus fréquenté par les touristes indiens et les groupes scolaires.

Le site le plus connu de Hampi est sans doute cette ville royale immense où sont dispersés des temples, des palais, des restes de baraquements et de maisons. Une partie du complexe est payante: le Zenana et les Elephant Stables (les étables des éléphants). L’entrée coûte 250 roupies par personne (appareil photo gratuit), incluant aussi le Vitthala Temple un peu plus loin, à condition de faire les 3 sur la même journée.

En entrant dans la ville royale, vous arriverez d’abord sur le Queen’s Bath, très beau bâtiment ouvert et tout rose abritant un grand bassin (assèché). En continuant et en vous dirigeant plutôt vers la gauche, vous verrez les quartiers royaux. Il ne reste plus grand chose à part les fondations de la plupart des bâtiments, mais cela permet d’avoir une idée de la puissance passée de la ville, résidence des rois Vijayanagar, qui ont régné sur tout le sud de l’Inde pendant deux siècles, du XIVème au XVème siècles.

On s’en rend mieux compte du haut du Mahanavami Dibba, une grande estrade pyramidale, d’où vous verrez l’étendue de ces quartiers royaux, ainsi que l’ingénieux système d’irrigation qui fournissait en eau cette ville au climat aride. Et petit plaisir de Stéphanie: vous tomberez sur un baori, cette sorte de bassin à escaliers! Elle a quand même insisté pour venir en Inde rien que pour voir ça, ou presque…

En poussant un peu plus loin, vous arriverez sur le Underground Shiva Temple. Ce temple, complètement recouvert de boue avant sa découverte, aurait été conçu pour être en partie sous terre. Prenez votre lampe torche et prenez-vous pour Indiana Jones pendant quelques minutes! Faut juste pas avoir peur des chauve-souris.

Puis vous pouvez vous diriger vers la partie payante du site, en commençant par le Zenana, où résidaient les femmes du roi, et où vous trouverez le Lotus Mahal, petit palais tout en arcades absolument sublime. Petite anecdote: bon, vous savez que les Indiens aiment les selfies et que c’est une affaire très sérieuse! A côté du Lotus Mahal, il y avait un buisson de fleurs tout ce qu’il y a de plus banal… Une jeune femme a fait toute une histoire pour faire un selfie avec ses amies devant ce buisson. On observait la scène de loin, sans trop y prêter attention car on commençait à être habitué, quand on entend son père dire à haute voix, juste à côté de nous: « Non mais c’est pas croyable quand même! Elle est devant un monument historique absolument sublime et elle va se prendre en photo devant des fleurs ridicules! ». On était rassurés: la folie selfie n’avait pas encore gagné toute l’Inde!

Après le Lotus Mahal, vous arriverez sur les Elephant Stables, un immense bâtiment tout en longueur, surmonté de magnifiques coupoles, qui abritait les éléphants préférés du roi. Les gamins s’amusent à crier dedans pour entendre leurs voix résonner! Juste à côté, un petit musée à l’intérieur d’un vieux bâtiment abrite de jolies sculptures de divinités en pierre.

Si vous avez le temps et êtes curieux, allez derrière les Elephant Stables… vous découvrirez des petites temples délaissés par les touristes, et encore une fois, vous vous prendrez pour Indiana Jones pendant 30 bonnes minutes!

Finissez votre journée (essayez d’arriver pour 16h30-17h) au Vitthala Temple, le clou de Hampi, particulièrement joli lorsqu’il prend une teinte rosée, éclairé par le soleil couchant. Il y a deux chemins pour y accéder, soit vous pouvez marcher un moment, soit vous pouvez prendre les navettes qui ressemblent à des véhicules de golf, accessibles depuis le parking principal.

Nous on a préféré laissé notre scoot au bout de l’autre chemin et marcher, d’une part parce qu’on aime ça et que les paysages de Hampi sont assez jolis, et d’autre part parce qu’on avait pas envie de faire la queue pour prendre les navettes.

Le Vitthala est le temple le plus détaillé et raffiné du site. En entrant dans le temple, le gros char de procession en pierre attire tous les regards (et les selfies), avec ses roues qui tourneraient réellement! Vers la gauche, tâtez les colonnes musicales du hall de danse. Lorsque l’on toque ces colonnes, elles produisent différentes notes de musique :-). Pour une fois qu’on a le droit de jouer avec les colonnes musicales en Inde (contrairement à Madurai), on va pas se priver! On a même eu droit à une petite démonstration par un local 🙂

Enfin, n’oubliez pas votre lampe de poche pour descendre dans le mandapa principal au milieu du temple. Le mandapa lui-même n’est pas très bien éclairé, mais de chaque côté, il y a des marches qui vous mênent vers un fabuleux déambulatoire souterrain. Indiana, nous voilà! Quoique… comme c’est infesté de chauve-souris, on pense plutôt à un homme masqué. D’ailleurs, on citera Stéphanie: « Mais attends, je suis en train de réaliser… tu crois que ça pue comme ça, dans sa grotte, à Batman? ». Et puis, si vous êtes venus à pied, la lampe de poche vous sera bien utile pour faire le chemin en sens inverse de nuit… Pensez à bien repérer à l’aller par où vous passez, le chemin n’est pas complètement balisé!

Le temple Virupaksha et la colline de Hemakutam

Juste à l’extérieur du village lui-même de Hampi, le temple Virupaksha domine avec ses deux gros gopurams. Il s’agit du seul temple de l’ensemble qui soit encore vraiment en activité, attirant une foule de pélerins. Tous les matins à 7h et tous les soirs à 19h, une cérémonie du lever et du coucher de Lakshmi. Pour le visiter compter 2 roupies l’entrée, 2 roupies pour déposer vos chaussures et 50 roupies si vous voulez rentrer avec un appareil photo. Juste à côté de l’enceinte principale du temple, un grand bassin, qui serait magnifique s’il n’était pas rempli d’une eau fétide. Mais bon, le soir, le gopuram principal se reflète dedans et c’est plutôt joli!

Dans l’enceinte, vous croiserez sans doute l’éléphant sacré du temple… les pélerins se pressent autour de lui pour se faire bénir d’un coup de trompe sur la tête contre quelques roupies!

C’est assez amusant et plaisant à voir… on n’a pas tenté l’expérience, car on était happés par le spectacle. On a notamment assisté à une scène extraordinaire: une famille était venue présenter un nouveau né à l’éléphant pour le faire bénir.

Quelle fut notre surprise quand on a vu l’animal caresser avec une infinie délicatesse, et sans doute tendresse, le nourrisson! Il ne le lâchait plus de sa trompe, en douceur, pour ne pas lui faire de mal… on a même cru voir l’éléphant sourire! Son expression avait changée… Y’a du sacré et de la magie là-dedans, on vous le dit!

Surplombant le temple Virupaksha, il y a le complexe de temples de Hemakutam sur une petite colline. C’est un des lieux privilégiés pour admirer le lever ou le coucher de soleil, et les temples eux-mêmes sont intéressants.

Et enfin, à ne pas rater: tous les matins, vers 7h, l’éléphant du temple Virupaksha sort par l’entrée à côté du grand bassin, pour descendre les escaliers pentus qui mènent à la rivière et se faire laver pendant 2h par son maître. Un magnifique spectacle, à côté des villageois qui se lavent et font leur lessive! Ce moment est un de nos meilleurs souvenirs à Hampi.

Autour du Krishna Temple

En redescendant la colline d’Hemakutam, vous arriverez d’abord sur un grand autel à Ganesha, où trône une grande statue monolithique dieu à tête d’éléphant. Puis, vous arrivez sur le temple de Krishna, beau et massif. En face, de l’autre côté de la route, un gigantesque bassin entouré d’une belle colonnade. On avait garé notre scoot sur une petite zone herbeuse où il n’y avait personne, et en revenant de notre visite, on a eu du mal à retrouver notre scoot car un gros bus s’était garé là, et tous les stands de street food s’étaient installés autour pour faire du business.

On a du jouer des coudes pour sortir le scoot de la foule qui commandait des snacks, et puis, quand ils se sont rendus compte qu’on était des étrangers, ça a été l’émeute! Des « hellos » dans tous les sens, on s’est faits gentiment attraper par le bras, on discutait avec nous, et puis l’inévitable séance selfie est arrivée… on a du faire notre journée record de selfies, ce jour-là! En groupe, individuellement, en petits groupes, avec flash, sans flash… c’était drôle! Vous y aurez droit aussi, surtout si vous croisez des groupes scolaires: c’est toujours un moment sympathique, d’échange et de franche rigolade!

En poursuivant votre route, au bout d’un petit sentier à droite de la route, vous pourrez admirer un grand monolithe (3m environ) du shiva lingam, et surtout le Narasimba. Ce dernier est une des incarnations de Vishnu, divinité à tête de lion assise sur un serpent dont les sept têtes forment une grande couronne. C’est le plus grand monolithe de Hampi (6,7 m quand même!), proprement impressionant.

Les temples de l’autre côté de la rivière

Traverser la mince rivière sur le petit ferry bondé de gens et de motos est une expérience en soi, et l’autre côté de Hampi, autour de Virupapur Gaddi et Anegundi, vaut le détour. A ne pas rater si vous avez le temps!

On peut commencer par le Hanuman Temple, d’autant qu’avec ses 575 marches au soleil, il vaut mieux le faire le matin ou en fin de journée. Bon le temple lui-même n’a rien d’exceptionnel, mais la vue du haut de cette grande colline est somptueuse. Et l’ambiance là-haut est intense: le temple est encore en activité, et les pèlerins qui sont montés jusque là n’y sont pas montés pour rien! Là aussi, vous aurez le droit à vos petites séances de selfies, comme partout dans Hampi. Si vous dormez de ce côté-ci de Hampi, cela doit être magnifique pour le lever ou le coucher du soleil. A noter qu’il y a de belles étendues de rizières dans le coin: un argument supplémentaire pour aller y faire un tour!

Puis vous pouvez poursuivre au Durga Temple, sur une colline plus petite. Très joli temple avec un arbre au milieu, juste devant le sanctuaire, recouvert de tissus colorés, noués là pour faire un vœu. Il s’agit d’un temple Jain, donc vous pouvez y déjeuner dans le hall communal pour une poignée de roupies (si vous y êtes à la bonne heure). Les timbales en inox, les timbales traditionnelles indiennes, sont rangées en enfilade à l’extérieur de cette salle: vous ne pourrez pas vous tromper! Vous pouvez aussi marcher un moment derrière le temple. Malheureusement, on a renoncé à aller au bout, un indien bonimenteur nous collait un peu trop aux basques, mais ça avait l’air sympa :-).

Avec les séances selfies, c’est le genre de séances qui vous arrivera aussi: on sympathisera avec vous, on vous posera plein de questions sur vous, votre métier, votre vie, votre oeuvre, on répondra à vos questions sur le site et le pays, puis on sympathisera un peu trop en voulant tout vous montrer et tout vous expliquer, même si vous refusez poliment. Soyez certains qu’à la sortie, on vous demander un petit pourboire. Si vous êtes OK avec ça, pourquoi pas: il suffit juste de le savoir.

Ensuite, vous pouvez continuer vers le village d’Anegundi, et visiter le Anjaneya Temple, juste au-dessus de la rivière. Vous pouvez grimper jusqu’au toit, d’où vous aurez une belle vue sur la rivière et les collines en face. Nous on a été traînés par un local un peu fou qui nous a amenés dans les rochers autour pour une poignée de roupies. Pour nous montrer que c’était le lieu d’une importante bataille de Rama, il n’arrêtait pas de mimer un uppercut :-). On savait d’entrée de jeu qu’on allait lui donner un peu d’argent et on était d’accord, alors on s’est laissés faire. D’autant plus qu’il y a de fortes chances pour que cet homme soit un gypsy, on voyait les camps de nomades en contrebas. Comme ils vivent dans des conditions d’extrême pauvreté, on s’est dit qu’un peu d’argent était bienvenu.

Le village d’Anegundi est intéressant à découvrir, vous pouvez y flâner un brin, et il y a des homestays si vous voulez y séjourner. C’est beaucoup plus calme qu’Hampi et moins touristique. On y a trouvé un restaurant pour y déjeuner: vous ne pourrez pas vous tromper, il n’y en a qu’un seul dans le village! Demandez aux habitants, ils vous orienteront. Pour aller plus loin: vous pouvez vous rapprocher de l’ONG locale, Kishkinda Trust, qui est active dans le village pour favoriser son développement et propose des activités de tourisme responsable. On a découvert cette ONG une fois dans le village, et on n’avait plus le temps pour en savoir davantage… ce sera pour une prochaine fois!

Attention, si vous avez fait tout ça, il y a des chances pour qu’il soit temps de reprendre le ferry, les derniers partant à 18h. Vous pouvez refaire le chemin en sens inverse et prendre le ferry qui arrive directement à Hampi. Mais autant traverser directement de Anegundi (attention à la sortie à scoot du ferry dans les rochers). Une fois que vous avez traversé, en prenant la route vers Hampi, vous devriez voir une grande colline, prenez la première à gauche et vous pouvez monter jusqu’en haut de la colline à l’entrée d’un vieux temple un peu délabré, mais encore actif, du moins pour les quelques moines qui y habitent. Il s’agit du temple Malayavanta Raghunatha. En traversant le temple, vous arriverez sur les énormes rochers qui couvrent la montagne et d’où vous aurez une vue imprenable sur le coucher de soleil.

Matanga Hill et l’Achyuta-Raya Temple

Tout au bout de la grande esplanade entourée de colonnades qui s’étale sur 500m en partant du temple Virupaksha, sur votre droite, se trouve Matanga Hill. Vous pouvez y monter en prenant le chemin qui se trouve à droite du grand escalier. Tout en haut de cette grande colline, un petit temple accroché dans les rochers, surplombant le majestueux Achyuta-Raya Temple. Si vous êtes courageux, allez-y pour le lever de soleil (n’oubliez pas la lampe de poche!), absolument somptueux.

Vous ne serez pas tous seuls, mais la vue est magnifique. L’endroit est aussi parfait pour le coucher de soleil avec une vue panoramique sur les temples de Krishna, Virupaksha et Hemakutam. Un régal, la montée vaut le coup! On a eu là un de nos plus beaux levers de soleil du voyage… avec, en prime, les chants des brahmanes qui s’élèvent haut dans le ciel et qui viennent jusqu’à vous au petit matin… magique!

De là vous pouvez redescendre à pied pour visiter l’Achyutara-Raya Temple. Redescendez par là où vous êtes montés, et une fois en bas montez les escaliers au bout de la colonnade. Vous tomberez d’abord sur un grand Nandi noir monolitique, avant de passer sous une porte en colonnades. En continuant un petit peu, vous arriverez au-dessus du temple qui émerge, grandiose, au milieu des bananiers et des cocotiers. On se prendrait pour Indiana Jones!

Quand nous y sommes allés, pas un seul touriste à l’horizon… juste le temple et la végétation, quelques locaux ça et là, les hommes qui avaient de grandes discussions animées, et les femmes qui tressaient des paniers, à l’ombre des arches. Une fois que vous avez fait le tour du temple, sortez par l’entrée principale pour arriver sur une grande esplanade en colonnades. « En poursuivant un peu, admirez sur la gauche le grand bassin cérémonial » (moment « guide touristique » 😉 ).

Continuez votre chemin (à pied, toujours) et prenez à droite à la fourche pour longer tout un ensemble de ruines de petits temples. Si vous restez vers la droite, vous arriverez sur le Vitthala Temple (entrée payante, à faire le même jour que le Zenana et les Elephant Stables), mais si vous continuez seulement jusqu’à la grande porte en ruines, vous pouvez prendre à gauche et tomber sur cet arbre massif orné de centaines de tissus colorés noués aux branches.

En continuant par là, vous reviendrez près de la fourche au bout de l’esplanade devant l’Achyuta-Raya. Prenez vers la droite pour longer la rivière où vous verrez un petit temple ainsi qu’un grand ghat pavé de grandes dalles de pierres et orné d’une énième colonnade. Traversez ce ghat, et continuez tout droit, pour arriver en bas de Matanga Hill, votre point de départ. Bref, c’est chouette: on vous avez dit qu’il y avait des randonnées sympas à faire à Hampi!

Les waterfalls

A l’Ouest de Hampi, se trouvent des « waterfalls ». Alors ici, point de grandes chutes d’eau, mais plutôt ce qui doit devenir en saison des pluies des rapides assez puissants. En saison sèche, les falls ressemblent à un paysage lunaire, avec d’énormes blocs de roche grise traversés de fines crevasses. Vous pouvez descendre à certains endroits et vous baigner dans de petites piscines naturelles. Attention aux roches glissantes! Et pour se frayer un chemin faut calculer, c’est un véritable labyrinthe! Pour y arriver, suivez la route qui longe la rivière, puis tournez à droite au bout de la route lorsque vous reviendrez brièvement sur la route goudronnée. De là continuez jusqu’au bout de la petite route en terre, et traversez les plantations de bananiers (oui oui!).

C’est ici que les choses se corsent un peu. Les falls sont à une bonne quinzaine de minutes à pied au milieu de la nature, et le sentier n’est pas vraiment balisé ou visible. Au début, un local nous a suivis un moment sur la partie « facile » du sentier. Puis, lorsqu’il s’est arrêté pour pointer vers un « guide », on lui a dit qu’on en avait pas besoin. Au début le sentier est assez clair, mais quand vous arriverez à une petite grille en métal restez sur votre gauche, en longeant le marécage par la droite. Bon nous, on est partis dans la mauvaise direction (tout droit en partant de la grille), et en revenant sur nos pas, on a suivis discrètement d’autres touristes avec un « guide », en traversant les marécages tout ça… comme quoi, ça peut valoir le coup de payer une poignée de roupies pour se faire guider :-).

Où dormir et manger à Hampi

Nous avons dormi à la Kiran Guest House. C’est une petite guest familiale qui donne sur la rivière. Le confort est un peu rudimentaire, et la chambre coûte 1 300 roupies par nuit. Mais Hampi ne vit que par et pour le tourisme, la quasi-intégralité des bâtiments le long des quelques rues du village sont des guesthouses ou des restaurants. Et ils sont presque tous bien remplis! D’autant que nous y étions pendant les vacances de Noël (les Indiens sont aussi en vacances à Noël!). Résultat, les hébergements sont assez chers et les standards ne sont pas les plus élevés. Mais les patrons de cette guest parlent bien anglais, sont sympathiques et serviables, et ils nous ont organisé le pick-up et le drop off à la gare. Pas de service cuisine en revanche, mais possibilité d’acheter de l’eau.

Et puis nous avons partagé un beau moment avec eux: la famille de la guest nous a invités à un grand événement! Ils fiançaient leur fille et organisaient une grande fête pour l’occasion! Ils ont installé une grande tente qui couvrait toute la ruelle menant à la guest, pour y caser des dizaines de chaises pour accueillir les invités, monter l’estrade où trônaient les fiancés dans leurs grands sièges dorés. On a eu droit à notre photo avec les jeunes fiancés, et au rituel du riz. On vous explique: pour porter bonheur aux futurs mariés, chaque invité et membre de la famille soupoudre délicatement le front des intéressés d’une poignée de riz. Stéphanie a été la première à s’y coller, et comme on lui a dit littéralement de jeter le riz au visage des fiancés, en mimant le geste, bah c’est ce qu’elle a fait… en manquant de justesse de crever l’oeil de la jolie demoiselle.

Heureusement ça a fait rire tout le monde, enfin, sauf les victimes quoi… Qui dit fête de fiançailles, dit bon repas à volonté et à la bonne franquette! En file indienne (elle est facile celle-là) avec sa timbale à la main, on passait devant les différents plats pour se faire servir à coups de grosses louches. Samba et lemon rice, riz à la tomate, raita, pommes de terre séchées façon chips et on en passe. Le tout précédé de la cérémonie du sucre: les nonnes, souvent invitées aux mariages pour célébrer les rituels, porter bonheur, apporter leur bénédiction et arbitrer les dernières négociations entre les deux familles, donnent du sucre aux convives.

D’ailleurs, en parlant des négociations entre les familles des futures mariées, on a assisté un peu par hasard aux tractations animées, puisque les hommes s’étaient installés devant la porte de notre chambre pour parler affaire, loin des femmes, et avec les nonnes comme arbitres. Et quand on dit négociations, on parle notamment de la dot… ça avait l’air… tendu. On rigole pas, le mariage en Inde, c’est du sérieux! On rappelle que les mariages arrangés sont monnaie courante et que les mariages d’amour sont un cas rare. Le lendemain, la famille de notre guest avait l’air assez nerveuse… Espérons que ça se soit arrangé!

Concernant les restaus, il n’y a pas un choix énorme à Hampi, la plupart des établissements servent des plats plutôt occidentaux. Petit détail, comme nombre de jeunes israéliens passent à Hampi, notamment pour profiter d’une grande tolérance quant à la consommation de cannabis, la plupart des restaurants servent aussi des plats israéliens, particulièrement du houmous!

Nos recommandations en matière de restau: on peut vous conseiller le Chill-Out in Bamboo (autrement appelé New Chill-Out) qui n’est pas mauvais, sans être exceptionnel. De même que le Old Chill Out, tous deux étant à deux pas de la Kiran Guesthouse.

On vous conseille davantage le resto de la Gopi Guesthouse, avec au choix terrasse ombragée sur la rue ou un étage plus haut, le toit, non couvert mais avec une belle vue sur le temple Virupaksha. De copieux petit déjeuners et des plats de toutes les nationalités, le tout plutôt bon!

Voilà, on vous a tout dit sur Hampi, qui est sans conteste une de nos étapes favorites de notre périple indien de près de 4 mois.

Après Hampi, on est restés sur notre lancée « temples et vieilles pierres » avant d’arriver à Mumbai pour le Nouvel An, donc on est passés par Badami, étape plus isolée et moins touristique.

Pour en savoir plus sur l’Inde du Sud, consultez notre dossier!
Pour l’Inde en général, et pour nos conseils pratiques pour survivre en Inde, c’est par ici!

Comments 2

  1. récit sympa ,on a envie d’y aller , grâce à tous vos conseils au passage , on se sent prêt pour l’aventure pittoresque

    1. Post
      Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *