fireworks madurai

Madurai: ville sainte du Sud de l'Inde

Après Munnar et ses magnifiques plantations de thé, nous avons repris le bus pour descendre la chaîne de montagnes des Western Ghats, et rejoindre la ville sainte de Madurai. Autant dire que la route de montagne qui sépare Munnar de la plaine est sublime, mais comme à l’aller, on a plusieurs fois eu peur pour nos vies! Entre les freins du bus qui crissent à chaque virage, les virages eux-mêmes extrêmement serrés, l’absence de barrières de sécurité, et des passages si étroits que même les chauffeurs indiens n’arrivent pas à se croiser, on a eu de bonnes montées d’adrénaline… Pour couronner le tout, les 3 femmes assises juste devant nous étaient malades à tour de rôle et changeaient régulièrement de place pour pouvoir vomir par la fenêtre. Mirella, la sœur de Manu, a même eu la chance (ou la malchance) d’en recevoir quelques gouttes (ou morceaux) sur la manche.

On a tout de même survécu à toutes ces émotions pour arriver à Theni, où on devait changer de bus pour arriver jusqu’à Madurai. Ce dernier bus est d’ailleurs le seul que nous ayons pris en Inde où nous avons eu droit à de l’entertainment, sous la forme de rediffusions d’un genre de « Nouvelle Star » avec des enfants. Cultissime!

I) Madurai: pélerinage et ferveur religieuse

1) Le temple Sri Meenakshi, cœur de Madurai

Visiter le temple Sri Meenakshi de Madurai
Histoire du temple Sri Meenakshi de Madurai
Rituels dans le temple Sri Meenakshi de Madurai
Le mandapa aux mille colonnes

2) Autres choses à visiter à Madurai

Pudu Mandapam
Thirumalai Nayak Palace
Gandhi Memorial Museum

II) Où manger et dormir à Madurai

Où dormir à Madurai
Où manger à Madurai

Madurai: pélerinage et ferveur religieuse

Le temple Sri Meenakshi, cœur de Madurai
Visiter le temple Sri Meenakshi de Madurai

Commençons par quelques aspects pratiques. Le temple est particulièrement strict concernant la « tenue correcte exigée ». Pour les hommes, il est impératif d’être habillé en pantalon et chemise (ou à l’indienne en dhoti). Votre tenue habituelle short et t-shirt ne passera donc pas! Pour les femmes, idem, il faut avoir les épaules et jambes couvertes, et il est interdit de pénétrer le temple pendant ses règles (c’est le cas dans tous les temples hindous). Vous ne pourrez pas non plus rentrer avec un appareil photo (le smartphone est lui autorisé par contre) ou des cigarettes et briquets, formellement interdits. N’essayez pas de rentrer quand même avec vos clopes, vous serez scrupuleusement fouillés à l’entrée! Enfin vous passerez votre visite pieds nus, puisque vous devez laisser vos chaussures à l’entrée.

La consigne pour les chaussures (chappal) est gratuite, pour la consigne des autres objets interdits, cela vous coûtera entre 5 et 10 roupies (selon l’humeur de l’employé de la consigne…). Attention à la cohue qu’il peut y avoir à la consigne aux heures de pointe. Il faut alors être prêt à sérieusement jouer des coudes pour déposer ou récupérer vos chaussures! Et donc attention aussi aux pickpockets qui peuvent sévir au milieu de cette foule compacte d’indiens se poussant pour passer avant les autres.

Lors de la fouille (une file pour les hommes, une file pour les femmes), vous devrez montrer patte blanche. En tant qu’étranger, il vous faudra renseigner un manuscrit avec vos coordonnées et numéros de passeport et de visa.

L’entrée du temple est payante, fin 2016 cela coûtait 50 roupies par personne et 30 roupies pour avoir le droit de prendre des photos avec son téléphone (250 pour la vidéo).

Si vous souhaitez une visite guidée, c’est très intéressant et ça vaut le coup: comptez 300-400 roupies pour un guide pendant 1h15min environ. Attention toutefois à bien prendre un guide officiel et qui parle bien anglais (ou votre langue). Comme partout en Inde, de nombreux arnaqueurs se font passer pour des guides alors qu’ils n’ont pas la formation ou les connaissances pour. Certains ont même de fausses cartes de guide plastifiées pour rendre l’arnaque plus convaincante.

Pour ce qui est des horaires de visite, le mieux est le matin tôt puis le soir. En dehors de ces horaires, la queue peut être vraiment longue pour entrer, notamment avec les contrôles stricts de sécurité. A noter, le temple est fermé de 12h30 à 16h. Par contre, votre billet d’entrée est valable toute la journée, donc vous pouvez tout à fait y aller le matin, partir, puis revenir en fin de journée.

Enfin, de nombreuses boutiques tout autour du temple vendent des souvenirs. On vous proposera donc de venir voir leur rooftop pour avoir une vue d’ensemble de Sri Meenakshi, en vous disant « Free to look! You don’t have to buy! Come! Come! ». Bien sûr, rien ne vous y oblige, et si vous rentrez, les vendeurs sauront être très persuasifs pour vous faire acheter. Si vous avez le courage de résister à leurs talents de vendeurs, tentez-le quand même. En effet, c’est l’un des seuls moyens d’avoir une vue d’ensemble du complexe et donc d’en saisir toute la grandeur.

Histoire du temple Sri Meenakshi de Madurai

Arrivés à bon port en fin d’après-midi, on est vite partis se balader dans la ville, autour du célèbre temple Sri Meenakshi. Ce temple est un énorme complexe en plein cœur de la ville, orné de 14 gigantesques gopuram. Les gopuram sont des sortes de pyramides typiques de l’Inde du Sud, recouvertes de centaines sinon de milliers de sculptures et bas-reliefs tous plus colorés les uns que les autres. Le plus haut gopuram du temple Sri Mennakshi mesure 52m de haut, et on estime qu’il y aurait 33 000 sculptures au total dans l’ensemble du complexe!

Le temple est dédié à Meenakshi, nom Tamoul de Parvati, la femme de Shiva et mère de Ganesha. C’est sans doute le lieu hindouiste le plus sacré du sud de l’Inde, attirant entre 15 000 et 25 000 visiteurs par jour, et jusqu’à 1 million pendant 10 jours entre avril et mai lors du festival Meenakshi Tirukalyanam, festival qui célèbre le mariage des deux dieux. Ce temple est considéré comme le summum de l’architecture Vijayanagar, aussi important pour le patrimoine architectural du Sud de l’Inde que le Taj Mahal l’est pour le Nord!

Des textes tamouls datant de plus de 2 000 ans font référence au temple, même si la structure actuelle ne date « que » des 16ème et 17ème siècles suite à sa destruction au 14ème par les envahisseurs mogols. Le temple de Sri Meenakshi est un site saisissant, à l’atmosphère unique, où se rencontrent poids de l’histoire, héritage religieux, et bouillonnement de la vie. C’est un temple particulièrement vivant: ça bouge dans tous les sens, ça grouille, ça chante, joue de la musique, prie, se bouscule, rie… C’est un lieu de vie à part entière, qui s’anime, chaque jour, de l’intense ferveur des pélerins qui s’y pressent en masse.

Rituels dans le temple Sri Meenakshi de Madurai

Ces derniers font notamment la queue pendant plusieurs heures pour voir le sanctum dédié à Meenakshi. Malheureusement pour nous, voyageurs, ce lieu sacré est interdit aux non-hindous. On y voit, d’après notre enquête, une statue gigantesque de Meenakshi, sculptée dans une pierre verte, qu’on dit être de l’émeraude, mais qui serait plutôt de la jadéite. Si vous ne pouvez pas voir cette statue, consolez-vous: vous en verrez des centaines d’autres, ainsi que les rituels qui leur sont dédiés. Chaque divinité a le droit à son propre rituel! Et il y en a des rituels… sachez qu’il y a plus de 300 millions de dieux et déesses en Inde!

Vous assisterez notamment aux prières dédiées à Ganesh, le Dieu éléphant, devant sa grande statue, proche de l’entrée principale (porte Sud, photos absolument interdites). Les fidèles se tirent les lobes des oreilles les bras croisés pour expier leurs péchés. Face au Nandi, monture sacrée et protectrice de Shiva, près de la porte Est, les pélerins chuchotent leurs vœux dans l’oreille pour que le Nandi le transmettent à Shiva, qui les exaucera. Comme on vous le disait plus haut, chaque statue divine a droit à son propre rituel, et avec les milliers de statues dans le temple, vous pourrez vous amuser à observer les subtilités de chacun.

Tous les jours, à la nuit tombée, vers 20h30-21h00, une procession, orchestrée par les prêtres brahmanes, amène la statue de Shiva jusqu’à celle de Meenakshi pour que les deux passent la nuit ensemble. A deux, ils pourront remettre de l’ordre dans l’univers… C’est sans doute le rituel le plus impressionnant que vous pourrez voir durant votre visite. A ne manquer sous aucun prétexte!

Le mandapa aux mille colonnes

Un des monuments les plus impressionnants du temple, en plus des gopurams, est sans nul doute le mandapa aux mille colonnes, proche de la porte Est du temple. Ce grand hall majestueux est orné très exactement de 985 colonnes sculptées, toutes différentes les unes des autres. Parmi les détails saillants, dans la première rangée, deux colonnes sont dites « musicales » car elles émettent des notes de musique quand on les tape (attention, il est interdit de les toucher…). Vers le fond du hall, sur la gauche, il y a quelques petits bas-reliefs érotiques sur les colonnes (nous on a mis une bonne dizaine de minutes avant de les trouver). Attention, l’entrée du mandapa aux mille colonnes est payante, en supplément de l’entrée du temple. Il vous en coûtera 50 roupies par personne, plus 30 roupies si vous voulez prendre des photos avec un téléphone.

Autres choses à visiter à Madurai
Pudu Mandapam

Juste à côté du temple Sri Meenakshi, côté est, ce temple du Xème siècle n’a plus d’activité religieuse, mais a récupéré une vocation marchande! Vous y trouverez des dizaines de tailleurs qui vous proposeront toutes sortes de vêtements sur mesure, ainsi que des vendeurs d’ustensiles de cuisine et des artisans sculptant des objets religieux en métal. Saisissant mélange de sacré et de profane, gratuit qui plus est!

Thirumalai Nayak Palace

Ce palais du XVIIème siècle, construit avec l’apport d’un architecte italien, était autrefois un monument massif et majestueux de 300m par 220m. Aujourd’hui, il n’est plus que l’ombre de lui-même puisqu’il ne reste qu’un quart du bâtiment initial! Seuls subsistent une grande cour infestée de pigeons et de leurs déjections, le hall du trône (avec une copie pas très réussie du trône d’origine), une salle administrative et une salle de bal. Dans cette dernière se trouve un petit musée avec des pièces très mal mises en valeur, et sans aucune explication. Enfin, dans une cour extérieur, d’autres statues anciennes sont visibles. L’entrée coûte 50 roupies + 30 roupies pour les photos (vrais appareils autorisés).

Ce n’est pas totalement inintéressant, mais c’est largement dispensable si vous n’êtes que de passage à Madurai.

Gandhi Memorial Museum

Madurai a une importance particulière dans la vie de Gandhi, puisque c’est là qu’en 1921 bapu décida d’arrêter de porter des vêtements européens. A partir de ce moment, le père de la nation indienne ne portera plus qu’un modeste dhoti le restant de sa vie. Le musée est donc consacré à la vie de Gandhiji et sa lutte pour l’indépendance, avec de nombreux objets personnels, notamment le dhoti que Gandhi portait le jour où il a été tué et une copie de la lettre écrite en 1939 par Gandhi à Hitler. Les philatélistes seront aussi très heureux de voir une collection regroupant tous les timbres au monde consacré à Gandhi.

Personnellement, nous n’avons pas visité le musée, donc on ne peut vous dire si ça vaut le coup ou pas… Si vous décidez d’y aller, il vous en coûtera 50 roupies pour les photos. L’entrée elle-même est officiellement gratuite mais une donation est plus que fortement conseillée!

Où manger et dormir à Madurai
Où dormir à Madurai

Nous avons dormi à l’hôtel Rani Mangammal Residencies, le meilleur rapport qualité-prix au moment où nous avions booké (un ou deux jours avant d’arriver), notamment car il proposait des chambres triples (on vous rappelle, on était alors accompagnés par Mirella, la sœur de Manu). La chambre triple coûtait 2 025 roupies (taxes incluses) par nuit, avec climatisation. L’hôtel n’a absolument rien d’exceptionnel, avec un accueil plutôt froid et une salle de bain à la forte odeur de moisi, mais la chambre était plutôt propre. L’hôtel est aussi assez bien situé, à 10-15 minutes à pied du temple Sri Meenakshi et 5 minutes de la gare ferroviaire.

Il y a donc sans doute de meilleurs choix d’hôtels, mais vous pouvez aussi tomber sur nettement plus mal que ça. A noter sur l’hébergement: comme Madurai est une ville qui attire beaucoup de pélerins toute l’année, ça peut valoir la peine de réserver votre hébergement en avance.

Où manger à Madurai

Les restaurants peu chers, où vous pourrez manger un thali correct, abondent dans les rues autour du temple, notamment sur Town Hall Road et West Perumal Maistry Street. Nous n’avons pas de noms particuliers à vous recommander, notamment car nous avons oublié le nom de celui que l’on avait bien aimé sur West Perumal 🙂 Donc faites comme nous et déambulez jusqu’à en trouver un qui vous tente, ce sera peut être le même!

Pour un petit peu plus luxe, on vous conseille vivement le Surya Rooftop Restaurant sur le toit de l’hôtel Supreme. La nourriture y est très bonne pour un prix légèrement supérieur, mais tout à fait honnête. Mais le clou du spectacle est incontestablement la vue depuis le rooftop, panoramique sur toute la ville et bien sûr surtout sur le temple Sri Meenakshi. Nous on a eu encore plus de chance puisque nous étions à Madurai pendant Diwali, donc on a eu droit à une débauche de feux d’artifices dans toute la ville pendant notre dîner!

 

Après nos deux jours à Madurai, il était temps de continuer le pélerinage en allant à Tanjore. Aujourd’hui appelée Thanjavur, cette ancienne capitale du royaume Chola, est célèbre pour son vieux temple, un des plus beaux de l’Inde du Sud, et pour être le grenier à riz de l’Inde du Sud.

Pour en découvrir davantage sur l’Inde du Sud, consultez notre dossier!
Pour en savoir plus sur l’Inde tout court, c’est par ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *