welcome india

Bienvenue en Inde!

Changement de décor! Nous voilà arrivés à Kochi (Cochin) dans l’état du Kerala, au sud de l’Inde. On a bien cru ne jamais y arriver! On aurait pu rester coincés en Jordanie pour une sombre histoire de jumelles (si si, on nous a arrêtés au contrôle parce que Stéphanie avait des jumelles dans le sac qu’elle prenait en cabine… c’est interdit en Jordanie!). Ou encore coincés à Dubaï ou Colombo, qui étaient nos deux escales lors de notre long voyage de près de 14 heures de vol. A chaque fois qu’on voulait monter dans un avion, on nous demandait nos billets de retour… qu’on n’avait pas encore pris, bien sûr. Louche! Après quelques discussions, nous étions les derniers à embarquer mais au moins, on était dans l’avion!

Et comme sans petite mésaventure, un tour du monde, ce n’est pas drôle, on se rend compte une fois arrivés en Inde qu’on a perdu nos bagages entre les trois aéroports. Self control. On fait les démarches nécessaires (avec un charmant jeune homme au bureau des réclamations de l’aéroport, qui nous dit, décontracté, que parfois, on ne retrouve jamais les bagages). Après près d’une heure à essayer de se faire comprendre par 5 indiens, on fait notre plein de roupies (la devise locale) et on attrape un taxi, qu’on a pris soin de réserver au pré-paid de l’aéroport (toujours prendre l’option pre-paid quand vous pouvez! Comme ils sont subventionnés, ils peuvent être jusqu’à deux fois moins cher qu’un taxi normal).

1h30 de route nous sépare de Fort Cochin, où on a booké notre guest pour 4 nuits. Tout nous change de la Jordanie. L’air est humide et lourd, on croise des vaches sur le chemin, la végétation est luxuriante, les travailleurs sont assis au sommet de leur chargement dans les camions, et la conduite de notre driver est plus que… sportive. On nous avait prévenus: en Inde, la conduite est à gauche, mais dans la pratique, on conduit là où il y a de la place… et on se frôle! On va dire qu’on a une notion différente des distances de sécurité… pourtant, on ne peut pas aller bien vite, l’état des routes vous permet d’atteindre une vitesse de pointe de 80km/h grand maximum (ce qui ne nous a pas empêchés d’avoir des sueurs froides! On citera Le Routard qui dit très justement que si on conduit en Inde, il faut être très prudent: si les Indiens ont plusieurs vies, nous, on n’en a qu’une! Ça vous donne une idée…).

Bref, on est quand même arrivés dans notre paisible guesthouse, où on pose avec grand plaisir et soulagement ce qui nous reste de nos bagages. On est en Inde! Pas encore de singes à l’horizon, mais ce qui nous marque ce sont les chèvres qui pullulent dans les rues, quelques vaches (elles sont partout dans le pays, statut sacré oblige) et surtout, les nombreux et grands rapaces qui virevoltent dans le ciel. Sans compter les corbeaux. Reposant… et autant vous dire qu’après avoir bourlingué à un rythme (très) soutenu pendant 3 semaines, on va se la jouer cool à l’arrivée! D’autant plus qu’à Kochi, on attend une invitée de marque qui ne va pas tarder à pointer le bout de son nez: Mirella, la sœur de Manu, nous rejoint pour faire un bout de route avec nous, youhou! On va pouvoir repérer les lieux tranquillement avant qu’elle n’arrive… et s’occuper de faire nos cartes SIM indiennes (ça vaut le coup en Inde! Des formulaires à remplir, des photos d’identité à fournir, un peu de patience car cela ne s’active pas immédiatement, et le tour est joué!)

Et par chance, Mirella arrive finalement après nos bagages: prêts pour découvrir avec nous les rues de Cochin?

Pour en découvrir davantage sur l’Inde du Sud, consultez notre dossier
Pour en savoir plus sur l’Inde tout court, c‘est par ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *