Tel Aviv, coeur économique et douceur de vivre

Nous avons visité Tel Aviv en 2 étapes, au début, puis à la fin de notre séjour en Israël. Cependant, nous sommes loin d’avoir tout vu dans le cœur économique du pays, qui est la plus grande métropole du territoire. Nous avons notamment « raté » certains incontournables:

  • la ville blanche où se trouvent les nombreux bâtiments Bauhaus, quartier classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO
  • la légendaire « nightlife » de Tel Aviv
  • les différents musées de la ville

Mais on a quand même fait des choses! Notre première journée, nous avons flâné dans le quartier florentin, haut lieu du street-art. Le quartier est un peu en décrépitude, situé à la limite entre Yafo/Jaffa, la ville arabe et Tel Aviv, composé de petites ruelles aux murs recouverts de street-art. Puis nous avons continué notre balade vers Jaffa, la vieille ville historique et donc majoritairement arabe, construite sur et autour d’une colline en bord de mer avec ses jolies ruelles en escalier, ses vieux bâtiments, ses mosquées, ses églises, ses ruines… et son port.

En revenant de Jaffa, nous sommes repassés par le quartier florentin (en vrai, on voulait y aller, et au premier passage le matin, malgré tout le street-art, on ne s’était pas rendus compte qu’on y était :-), pour visiter ensuite le quartier de Neve Tsedek, appelé le « petit Paris » de Tel Aviv. Le quartier est fait de petites maisons du début du XXème, avec de jolies rues pavées, des cafés, des boutiques un peu bobos…

Puis nous sommes allés visiter HaTachana, l’ancienne gare de Tel Aviv, aujourd’hui reconvertie en espace avec des boutiques, des galeries et des restaurants. A noter, à côté il y a aussi le musée de l’Histoire des Forces de Défense d’Israël, que nous n’avons pas visité. Le soir, nous avons été manger puis prendre un verre avec notre hôte, Greg, dans le centre autour de l’avenue de Rothschild, artère centrale de Tel Aviv, jalonnée de restaurants, bars et boutiques, avant de partir le lendemain matin pour Haïfa.

Lors de notre deuxième passage, avant de partir pour la Jordanie, nous étions installés dans un appartement Airbnb très joli et spacieux au nord de la ville, dans le quartier des ambassades et des grands hôtels, sur la rue Ben Yehuda, grande avenue à deux pâtés de maison de la plage, qui longe la ville du Nord au Sud. Après 1 500 km de route, de nombreuses heures de randonnée, des paysages à couper le souffle, nous en avons surtout profité pour nous reposer! Nous sommes quand même allés nous baigner un peu dans l’eau délicieusement chaude de la Méditerranée, avons marché le long du beau front de mer, au milieu de cette insoucsiance caractéristique de Tel Aviv, où les gens courent, jouent au volley ou au matkot (jeux de raquette typique du pays joué quasi-exclusivement à la plage), prennent un verre… Nous sommes aussi allés dîner avec Brian, The Wandering Capitalist, dans un resto du quartier autour de la rue Sheinkin, devenu ces dernières années un des centres gastronomiques de la ville.

Et, expérience assez extraordinaire, nous avons vécu Tel Aviv pendant Yom Kippour…

Cette fête religieuse est la plus importante du judaïsme, un jour de pénitence et de rédemption, où les juifs peuvent expier leurs pêchés. Lors de Yom Kippour, aucune activité n’est tolérée, donc absolument tout est fermé (même les restaurants des grands hôtels ne servent pas par exemple), et aucune voiture ne circule. Il n’y a aucune loi qui l’interdise formellement, mais personne n’ose enfreindre cette tradition hormis les ambulances et autres services d’urgence. En revanche, la tradition veut désormais que les gens profitent de cette journée en se baladant, pour laisser la ville aux enfants, qui envahissent les rues à vélo. Cela donne une ambiance très agréable à la ville, et c’est assez étrange de voir ces groupes d’enfants jouer et pédaler sur de grandes avenues désertes, alors que les klaxons retentissaient encore quelques heures plus tôt!

Pour finir ce périple israélien, nous avons pris un bus public de Tel Aviv à Eilat (5h de route pour 70 ILS par personne). Le bus est très confortable, les routes sont en bon état et les paysages sont beaux puisque l’on traverse le désert avant de longer le sud de la Mer Morte pour arriver finalement à Eilat, station balnéaire sans grand intérêt, et seul port israélien sur la Mer Rouge. Par contre, c’était la porte d’entrée vers l’étape suivante de notre aventure, la magnifique et accueillante Jordanie!

Pour en découvrir davantage sur Israël, consultez notre dossier!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *